Rechercher
  • INDUS

COVID-19 : une partie de la production de vaccins aura lieu en France

En voilà une bonne nouvelle pour la production pharmaceutique française, les laboratoires Pfizer et Moderna, en tête dans la course pour le vaccin contre la Covid-19 ont récemment annoncé avoir choisi de produire une partie de leur vaccin en France.


À travers un communiqué, Pfizer et BioNTech ont annoncé le 19 novembre avoir conclu un accord avec Delpharm, un sous-traitant pharmaceutique français pour la mise en flacon de leur vaccin.

Cet accord prévoit le conditionnement d’environ plusieurs dizaines de millions de doses par Delpharm. La production devrait démarrer en avril 2021 pour une commercialisation trois à quatre semaines après, sur le site de Saint-Rémy-Sur-Avre en Centre-Val-de-Loire, employant 240 personnes et spécialisé dans les flacons stériles injectables. Le rôle de l’entreprise consistera au remplissage des flacons, au contrôle, au conditionnement et à la congélation du vaccin après réception du produit presque prêt à l’emploi livré depuis les sites belges de Pfizer et allemands de BioNTech.


Le laboratoire français doit cependant adapter son usine et son outil de production. L’objectif est l’augmentation des capacités de remplissage, l’automatisation totale des machines ainsi que l’adaptation aux règles de froid nécessaires pour pouvoir conserver le vaccin de Pfizer à -70°C, condition sine qua non pour que l’efficacité du vaccin soit conservée. Raison pour laquelle, le sous-traitant français a annoncé investir 10 millions d’euros qui seront par la suite renforcés par une enveloppe de 8 millions d’euros afin d’améliorer son site.

De plus, 40 à 60 créations de postes sont prévues. Avec ou sans formation, les profils recherchés sont variés : techniciens, opérateurs, contrôleurs qualité, cadres…


De son côté, la biotech américaine Moderna a annoncé le 25 novembre, avoir signé une lettre d’intention avec Recipharm, un autre laboratoire de sous-traitance suédois mais possédant des sites de production en France pour produire son vaccin sur le site de Monts en Indre-et-Loire. Cet accord doit être finalisé courant décembre.

Le laboratoire est spécialisé dans les médicaments injectables et formes stériles à usage humain, vétérinaire ou destinés aux essais cliniques. A l’instar de Delpharm, Recipharm sera en charge de la partie formulation et de la mise sous flacon du vaccin produit en Suisse par Lonza et dont la commercialisation est prévue premier trimestre 2021.


L’État français a salué cette annonce à travers la ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher et annoncé que des discussions étaient actuellement en cours avec le sous-traitant suédois pour accompagner son développement et augmenter ses capacités de mise à disposition de doses de vaccins.

Le groupe a lui aussi lancé un processus de recrutement de personnel et engagé des investissements pour permettre le transfert de technologie de façon imminente.


Ces deux annonces montrent que la France reste toujours attractive auprès des investisseurs de par ses compétences et la qualité de ses infrastructures en termes de production pharmaceutique. Néanmoins, on observe une perte de vitesse depuis maintenant quelques années concernant ce secteur. En effet, la France, premier producteur européen entre 1995 et 2008 s’est vue rétrogradée en 4ème position derrière l’Allemagne, la Suisse et l’Italie.


Melissa Bechroune


Sources : Usine Nouvelle, Le Monde, Ministère chargé de l'Industrie

15 vues0 commentaire